placeholder

24H Pujadas - Les partis pris

LCI - David Pujadas

Les plus récents

Les partis pris : "Julien Bayou n’est pas Adrien Quatennens", Budget, les décisions attendront" et "Iran, l’autre visage de la révolte " cover placeholder
Les partis pris : "Julien Bayou n’est pas Adrien Quatennens", Budget, les décisions attendront" et "Iran, l’autre visage de la révolte "
18 min • 26/09/2022

Détails

Nouveau rebondissement dans l’affaire des rapports des violences faites ou présumées faites aux femmes. À son tour, Julien Bayou, côté NUPES, démissionne de ses fonctions de secrétaire national dans son parti EELV. Julien Bayou est accusé de violences morales. Mais Jean-Michel Aphatie précise qu’il faut faire la différence entre lui et Adrien Quatennens. Explications de son point de vue sur ce sujet. Présentation, ce lundi, du budget qui conditionne la politique économique pendant un an. François Lenglet fait remarquer une dissonance particulière entre les paroles et les actes. Le déficit est le même que celui de l’année dernière. En 2023, la France va emprunter 270 milliards d’euros pour financer ce déficit et substituer les emprunts qui arrivent à échéance. C’est un record absolu. Abnousse Shalmani s’est intéressée à l’autre geste - devenu viral - de la révolte en Iran. Hadis Najafi, 23 ans, s’est engagée dans les manifestations dans sa ville natale, Karaj, à 40 kilomètres de Téhéran. La dernière vidéo d’elle : en train de faire un chignon et d’attacher ses cheveux. Elle va mourir quelques minutes plus tard de six balles dans la tête, le cou et la poitrine. Dix jours après la mort de Masha Amini, qui a lancé cette vague de contestation, la tension n’est pas retombée. Le régime n’a pas l’intention de reculer. C’est la répression. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Lire la suite

Les partis pris : "A moins 50 morts dans les manifestations en Iran", "Violences, les LFI déconnectés", "Tarifs des autoroutes, l'État coincé", "Et ils sont où... les Parisiens ?" cover placeholder
Les partis pris : "A moins 50 morts dans les manifestations en Iran", "Violences, les LFI déconnectés", "Tarifs des autoroutes, l'État coincé", "Et ils sont où... les Parisiens ?"
20 min • 23/09/2022

Détails

Depuis le début des manifestations contre le port de voile obligatoire en Iran, le bilan fait état d'au moins cinquante morts. Catherine Jentile salue l'acte courageux et héroïque de ces femmes et les hommes qui les ont accompagnés pour réclamer leur liberté. Elle estime alors que c'est une colère qui s'exprime d'autant plus forte qu'il faut savoir que l'Iran est quand même aussi le "royaume de l'hypocrisie". Dans l'affaire Quatennens, la question est de savoir si en 2022, en France, un homme qui reconnaît avoir giflé la femme qui partage sa vie peut continuer à représenter le peuple. Les dirigeants de LFI ne savent pas y répondre. Mais Jean-Michel Aphatie est catégorique. Pour lui, il n'y a qu'une seule issue dans cette situation, le député du Nord doit démissionner. À partir du 1er février 2023, les péages des autoroutes augmenteront également. Les sociétés d'autoroutes souhaiteraient une augmentation de 7 à 8 %. Mais ce n'est pas soutenable selon Clément Beaune, ministre chargé des Transports. Alors des discussions sont en cours pour la faire baisser. Pour Dominique Seux, l'État est totalement coincé parce qu'il a mal négocié le contrat avec ces sociétés. Mais au fond, il estime aussi que c'est une bonne idée que les tarifs augmentent car cela inciterait les Français à moins rouler. Ils sont où les Parisiens ? L'Insee confirme qu'ils fuient la capitale, et ce bien avant le Covid. En 2018, 240 000 personnes avaient plié bagage pour aller vivre soit en province soit dans les départements d'Outre-mer. Et depuis 40 ans, en Île-de-France, les départs sont chaque année plus nombreux que les arrivées. Mais qui sont les villes qui profitent le plus de cet afflux des Franciliens ? C'est Lyon qui caracole en tête, suivie par Toulouse, Nantes et Bordeaux, puis Marseille à 5ème place. Une fois qu'ils sont arrivés, on remarque que ces Franciliens sont le plus souvent plus riches que leurs nouveaux voisins. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Lire la suite

Les partis pris : "Éoliennes, il faut du temps", "Superprofits, la riposte de Total" et "Le Mali, entre isolement et islamistes" cover placeholder
Les partis pris : "Éoliennes, il faut du temps", "Superprofits, la riposte de Total" et "Le Mali, entre isolement et islamistes"
22 min • 22/09/2022

Détails

Emmanuel Macron s'est rendu ce jeudi au parc éolien de Saint-Nazaire, composé de 80 éoliennes capables de fournir 20% de l'électricité du département de la Loire-Atlantique. Une partie du parc est déjà opérationnelle, mais il aura fallu plus de dix ans. Jean-Michel Aphatie trouve normal que cela prenne autant de temps. "Tout est long, mais il y a un monsieur qui veut aller beaucoup plus vite, il s'appelle Emmanuel Macron... Bien sûr que c'est possible", souligne-t-il. Et d'ajouter, "aujourd'hui on s'affole, il faudrait construire tous les chantiers très vite. Je ne sais pas si c'est bien." Pour lui, "les travaux en France, c'est toujours long, il faut faire avec". Nicolas Bouzou, lui, s'est intéressé au débat sur la taxation des superprofits. À l'occasion de sa proposition de loi, le groupe LFI-Nupes a reçu le PDG de TotalEnergies. Pour l'économiste, on a assisté à une riposte du géant du pétrole. "Le dialogue était intéressant, il est légitime... J'ai trouvé les arguments de Patrick Pouyanné plus forts que ceux de Manuel Bompard", lance-t-il. Et de continuer, "c'est important de comprendre comment fonctionne une entreprise comme TotalEnergies et comment elle fonctionne en France". Et de conclure, "donc, fiscalité punitive, car on n'aime pas les superprofits, on est pleins de ressentiment, ou la prospérité et la réindustrialisation et la transition écologique... Il faut choisir". Et que se passe-t-il au Mali ? D'après Abnousse Shalmani, "c'est vraiment une catastrophe". "Aujourd'hui le Mali célèbre le 62ème anniversaire de son indépendance, alors, on n'a aucune image. Et en même temps, il y a un sommet extraordinaire de la CEDEAO qui se tient en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, pour parler essentiellement du Mali", poursuit-elle. Pour elle, ce pays est isolé, mais il lui reste deux amis, en l'occurrence les deux qui ont fait des coups d'État, ces dernières années : la Guinée du colonel Mamadi Doumbouya et le Burkina Faso du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Pour, la diplomatie, c'est à peu près catastrophique. Sur le plan sécuritaire, la zone des trois frontières que surveillait Barkhane, avec la crainte de devenir le lieu de vie de l'État islamique, est en train de le devenir. "Ce qui est en train de se passer, c'est que le Mali est en train de devenir le Burkina Faso", estime l'écrivaine. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Lire la suite

LE BILLET DE ROBERT MÉNARD cover placeholder
LE BILLET DE ROBERT MÉNARD
17 min • 22/09/2022

Détails

Devenu un rendez-vous incontournable du paysage audiovisuel, l'émission de David Pujadas continue pour la quatrième année consécutive de vous proposer de mieux comprendre l'actualité. Une émission divisée en deux parties : Le Club Pujadas, où quatre de ses membres débattront des sujets du jour. Sans oublier Les Indispensables, une rubrique pour revenir aux faits, les faits rien que les faits, et éclairer le débat. Politique, économie, relations internationales, phénomènes de société et nouvelles tendances, les éditorialistes donnent chacun, dans leurs domaines de prédilection, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Lire la suite

Les partis pris : "Ne pas céder au chantage nucléaire", "Énergies, des entreprises ferment déjà" et "Italie, qui a peur de Giorgia Meloni ?" cover placeholder
Les partis pris : "Ne pas céder au chantage nucléaire", "Énergies, des entreprises ferment déjà" et "Italie, qui a peur de Giorgia Meloni ?"
15 min • 21/09/2022

Détails

Jean-Michel Aphatie s'est intéressé aux discours tenus à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, et ceux qu'on a entendus à Moscou. Ce mercredi 21 septembre 2022, il affirme qu'il ne faut pas céder au chantage nucléaire. Lors de la prise de parole d'Emmanuel Macron à la tribune de l'ONU, mardi soir, "on n'a pas pensé que son propos résonnerait ce soir comme il a résonné hier", souligne-t-il. Quant au discours de Vladimir Poutine ce mercredi matin, il estime "qu'introduire la notion du 'bluff', lui-même, c'est d'une vulgarité absolue". Pour lui, "l'armée russe est en difficulté" et "aucun dirigeant occidental ne peut, après la prise de parole de Vladimir Poutine, se tourner vers les Ukrainiens et dire d'arrêter". Et la Chine, de son côté, appelle ce mercredi au cessez-le-feu. Pascal Perri, lui, évoque les conséquences de la crise énergétique sur les entreprises, notamment celles qui sont rentrées dans le "Money time électrique". "C'est un sujet à surveiller, comme le lait sur le feu, car on a déjà des entreprises qui ont interrompu la production, qui ont réduit la production", lance-t-il. Et d'ajouter, "j'observe que la contagion va beaucoup plus loin... Par exemple, dans l'agroalimentaire... Mais la question, c'est : qui va prendre la perte ?". Pour lui, ce sera à Bercy de faire un choix pour répondre à la crise de l'énergie. Abnousse Shalmani, quant à elle, s'est penchée sur les élections législatives qui se tiendront dimanche 25 septembre en Italie et plus particulièrement au profil de la candidate d’extrême droite, Giorgia Meloni. Plus personne n'a peur d'elle. Très douée, elle est donnée gagnante dans les derniers sondages et rassure les Européens. Elle s'assume postfasciste. Pour Abnousse Shalmani, "elle s'est normalisée sans même se normaliser". "Elle dit son estime pour Mario Draghi, qui le lui rend bien, qui est tout à fait d'accord, qui n'a pas une seule fois critiqué Giorgia Meloni au nom de la continuité du gouvernement", conclut-elle. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Lire la suite

Guerre en Ukraine : "Non à la guerre, je ne donnerai pas mon fils", elle manifeste à Moscou cover placeholder
Guerre en Ukraine : "Non à la guerre, je ne donnerai pas mon fils", elle manifeste à Moscou
1 min • 21/09/2022

Détails

"Non à la guerre, je ne donnerai pas mon fils". A Moscou, Natalya, une mère russe manifeste ce 21 septembre 2022, quelques heures après l'annonce par Vladimir Poutine d'une mobilisation partielle. Face aux caméras, elle utilise le mot « guerre » et explique refuser que son fils fasse partie des nouveaux appelés qui dès ce mercredi peuvent être envoyés en Ukraine. Au moins 268 personnes ont été arrêtées mercredi dans toute la Russie lors de manifestations improvisées contre la mobilisation partielle pour l'offensive en Ukraine, annoncée dans la matinée par le président Vladimir Poutine, selon une ONG. Selon OVD-Info, organisation spécialisée dans le décompte des arrestations, les mobilisations ont eu lieu dans au moins 22 villes de Russie.

Lire la suite

FOUREST EN LIBERTÉ du 20 septembre 2022 cover placeholder
FOUREST EN LIBERTÉ du 20 septembre 2022
18 min • 20/09/2022

Détails

Devenu un rendez-vous incontournable du paysage audiovisuel, l'émission de David Pujadas continue pour la quatrième année consécutive de vous proposer de mieux comprendre l'actualité ; un rendez-vous présenté le vendredi par Amélie Carrouër. Une émission divisée en deux parties : Le Club Pujadas, où quatre de ses membres débattront des sujets du jour, avec la participation tous les mardis de Caroline Fourest. Sans oublier Les Indispensables, une rubrique pour revenir aux faits, les faits rien que les faits, et éclairer le débat. Les Partis Pris, ensuite, s’articulant autour de grandes signatures telles que Jean-Michel Aphatie, Abnousse Shalmani, François Lenglet ou encore Pascal Perri. Politique, économie, relations internationales, phénomènes de société et nouvelles tendances, les éditorialistes donnent chacun, dans leurs domaines de prédilection, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Lire la suite

Les partis pris : "Corridas, bientôt la fin ?", "voitures électriques, un virage raté", "Le retour des sous-marins australiens" et "La Petite Sirène noire, une révolution" cover placeholder
Les partis pris : "Corridas, bientôt la fin ?", "voitures électriques, un virage raté", "Le retour des sous-marins australiens" et "La Petite Sirène noire, une révolution"
19 min • 16/09/2022

Détails

Le député Aymeric Caron a déposé une proposition de loi visant à interdire la corrida en France. Lors d'une étonnante réunion interministérielle en début septembre, les ministres ont esquivé le sujet. La loi sera examinée prochainement dans le cadre d'une niche parlementaire et "ça sera un bon débat", estime Jean-Michel Aphatie. Les voitures électriques sont très critiquées ces derniers temps. Nicolas Bouzou, lui, est assez optimiste sur l'usage de ces véhicules. "En réalité, le vrai problème des voitures électriques, c'est un problème économique et industriel", dit-il. "La France a raté le tournant des voitures électriques". Pour lui, l'aéronautique est l'un des secteurs qui peuvent arriver à la neutralité carbone en 2050, à partir du moment où il y a les moyens d'investir, où il y a du trafic et du superprofit. Un an après la rupture du "contrat du siècle" avec Paris, Canberra cherche des alternatives pour éviter une "rupture capacitaire" de sa marine. En effet, les États-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas encore en mesure de lui livrer de sous-marins. Catherine Jentile estime que c'est un beau retour de situation pour la France. "Cela nous enseigne qu'il ne faut jamais désespérer et que la morale peut s'insinuer dans les relations internationales", a-t-elle ajouté. La nouvelle bande-annonce de "La Petite Sirène" a été dévoilée le 10 septembre 2022. Ici, l’héroïne Ariel est incarnée par l’actrice noire Halle Bailey. Si la vidéo a reçu des critiques racistes, elle a aussi provoqué des réactions de joie chez de nombreuses fillettes de la communauté afro-américaine. "Si ces nouvelles représentations avec des héros noirs, Maghrebins ou Asiatiques permettent d'avoir ces petits sourires, ce n'est pas anodin", affirme N'Fanteh Minteh. "Cela montre qu'il y a beaucoup de choses à faire pour que ça devienne normal", ajoute-t-elle. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Lire la suite

Les partis pris : "Primaire LR, tous sur la même ligne", "Augmenter les salaires, c'est possible" et "Von Der Leyen réveille l'Europe" cover placeholder
Les partis pris : "Primaire LR, tous sur la même ligne", "Augmenter les salaires, c'est possible" et "Von Der Leyen réveille l'Europe"
17 min • 15/09/2022

Détails

Bruno Retailleau, Éric Ciotti et Aurélien Pradié sont candidats à la présidence des Républicains. Pour Jean-Michel Aphatie, ils présentent à peu près le même programme. "Ce n'est pas un débat d'idées, mais un débat sur les hommes". Il estime que "ce parti est un peu vide et qu'il n'a pas été capable de se réinventer". "Le parti Les Républicains est en train de mourir à petit feu", a-t-il ajouté. Un peu partout en Europe, les salariés demandent une revalorisation des salaires. Dans l'Hexagone, plusieurs grandes entreprises pourraient lâcher du lest pour aider leurs salariés à faire face à l'inflation. Selon Pascal Perri, ces augmentations auront sûrement des conséquences. Pour lui, il y aura sans doute un renchérissement de la demande en France et une perte de compétitivité par rapport au monde américain et au monde asiatique qui ne subissent pas la même pression dans le domaine des coûts de production. En tout cas, le rapport de forces entre les salariés et les directions d'entreprises est en train de s'inverser. Ursula Von der Leyen était habillée aux couleurs de l'Ukraine et au drapeau européen au Parlement européen, à Strasbourg. Pendant son discours, elle a évoqué la guerre en Ukraine tout en rassurant les citoyens européens. Elle estime qu'il faut tenir bon sur les sanctions contre la Russie, il ne faut pas lâcher. "Ça fait du bien à entendre", souligne Abnousse Shalmani. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Lire la suite

LE BILLET DE ROBERT MÉNARD - Fin de vie : "Ce que j'ai vécu" cover placeholder
LE BILLET DE ROBERT MÉNARD - Fin de vie : "Ce que j'ai vécu"
15 min • 15/09/2022

Détails

Devenu un rendez-vous incontournable du paysage audiovisuel, l'émission de David Pujadas continue pour la quatrième année consécutive de vous proposer de mieux comprendre l'actualité ; un rendez-vous présenté le vendredi par Amélie Carrouër. Une émission divisée en deux parties : Le Club Pujadas, où quatre de ses membres débattront des sujets du jour, avec la participation tous les mardis de Caroline Fourest. Sans oublier Les Indispensables, une rubrique pour revenir aux faits, les faits rien que les faits, et éclairer le débat. Les Partis Pris, ensuite, s’articulant autour de grandes signatures telles que Jean-Michel Aphatie, Abnousse Shalmani, François Lenglet ou encore Pascal Perri. Politique, économie, relations internationales, phénomènes de société et nouvelles tendances, les éditorialistes donnent chacun, dans leurs domaines de prédilection, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Lire la suite

,